stimuler


stimuler

stimuler [ stimyle ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1356; lat. stimulare, de stimulus « aiguillon »
1Augmenter l'énergie, l'activité de (qqn); inciter, inviter, pousser à faire qqch. Stimuler les hésitants. encourager, exciter, motiver. Les espérances « stimulèrent son amour-propre sans lui donner l'orgueil » (Balzac). animer, enflammer, éperonner, éveiller.
2(XVIe) Augmenter l'activité de (une fonction organique). accélérer, activer. Le grand air stimule l'appétit. aiguiser.
Redonner des forces, de l'ardeur à. doper, réconforter, remonter (cf. Donner un coup de fouet). « stimulé par ce bain de lumière, par ces odeurs de végétations naissantes » (Fromentin).
⊗ CONTR. Apaiser, calmer, endormir.

stimuler verbe transitif (latin stimulare) Rendre un sentiment, une faculté, une activité, une fonction organique plus intenses, plus vifs : Les difficultés stimulent l'imagination. La lumière stimule la croissance des plantes. Inciter quelqu'un à agir, à poursuivre son action, son effort : Ses succès l'ont stimulé.stimuler (synonymes) verbe transitif (latin stimulare) Rendre un sentiment, une faculté, une activité, une fonction organique...
Synonymes :
- ravigoter (familier)
Inciter quelqu'un à agir, à poursuivre son action, son effort
Synonymes :
- éperonner
- éveiller
- réchauffer

stimuler
v. tr.
d1./d Inciter à l'action, encourager, motiver. Stimuler qqn. Ce succès a stimulé son ardeur. Stimuler une industrie.
d2./d Exciter, réveiller une activité (physiologique). Pilules pour stimuler la digestion.

⇒STIMULER, verbe trans.
A. — Mettre quelqu'un ou quelque chose dans les conditions propres à le faire agir ou réagir; susciter ou renforcer un mouvement. Synon. activer, aiguillonner, exciter.
1. Stimuler qqn. Favoriser, accroître l'activité physique ou mentale. Synon. fouetter, revigorer, tonifier. Je marchais rapidement, pénétré et comme stimulé par ce bain de lumière, par ces odeurs de végétations naissantes (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 76). Il (...) sortit dans le jardin. Stimulé par le froid, il se mit à couper du bois devant l'écurie (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 351).
2. Stimuler qqc.
a) [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Augmenter la sensibilité, renforcer l'activité. Stimuler le palais. L'armagnac (...) véritablement eau-de-vie, joie et réconfort de l'être, qui avive le teint, éclaire l'œil, réchauffe le sang et le stimule sans le charger ni l'allumer (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 72).
b) MÉD. [Le compl. d'obj. désigne un organe ou sa fonction, un processus biol.] Déclencher, rétablir, renforcer, accélérer. Anton. inhiber. [La vitamine B 12] stimule l'appétit et l'absorption intestinale (R. SCHWARTZ, Nouv. remèdes et mal. act., 1965, p. 54).
P. anal., CHIM. V. halogénation dér. 1 s.v. halogène ex. de Hist. gén. sc.
c) PHYSIOL. [Le compl. d'obj. désigne un système organique excitable] Soumettre à une excitation, à l'action d'un stimulus; mettre en activité. Depuis les travaux de Loeb et Delage, on a eu recours, pour stimuler artificiellement les œufs des invertébrés, à toutes sortes de procédés (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 32). [Ces malades] ne savent pas sur commande distribuer les objets « de leur côté » ou « du côté du médecin ». Ils indiquent très mal, sur le bras d'une autre personne, le point stimulé sur leur propre corps (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 130).
♦ [Le suj. désigne l'agent de l'action] Juste avant l'accouchement se produit une chute brutale et massive du taux de folliculine et progestérone (...). C'est alors que la partie antérieure de l'hypophyse stimulée par cette chute hormonale sécrète une hormone particulière, la prolactine qui excite les cellules des glandes mammaires (QUILLET Méd. 1965, p. 501). V. hormone ex. de J. Rostand.
— [Avec compl. prép. précisant le but de l'action] Dans la culture au ralenti, la prolifération cellulaire se fait lentement. En revanche, les éléments qui ne sont pas stimulés à se diviser manifestent leur activité d'autre façon. On sait (...) qu'une cellule qui se divise ne travaille pas et réciproquement (J. VERNE, Vie cellul., 1937, p. 16).
B. — Au fig.
1. a) Stimuler qqn. Donner de l'énergie, de l'ardeur, de la combativité; pousser, encourager à l'action.
) [Le suj. désigne une/des pers.] L'escadron de gendarmerie à cheval, stimulé par le chef, fendit vigoureusement la foule (BALZAC, Annette, t. 4, 1824, p. 104). Frédéric-Guillaume (...) envoyait de nouveau Bischoffwerder à Vienne pour stimuler son allié (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 242).
P. iron. [Avec compl. prép. désignant l'instrument de l'action] À ce même kommando d'Ulmen, d'autres avaient subi le supplice dit de la brouette. Il s'agissait d'une brouette en effet, remplie de pavés jusqu'aux bords, et qu'il fallait pousser devant soi en courant le long d'une piste circulaire: si le patient ralentissait, un gardien le stimulait avec la crosse; s'il s'arrêtait, il était littéralement piétiné (AMBRIERE, Gdes vac., 1946, p. 228).
[Avec compl. prép. précisant le but de l'action] Les lettrés ne comprenaient du mouvement ouvrier que ce qu'il présentait de révolutionnaire; au lieu de construire avec lui, ils le contrariaient dans son œuvre édificatrice et le stimulaient dans son effort destructeur (MAURRAS, Avenir intellig., 1905, p. 38).
Empl. pronom. réciproque. [P. méton. du suj.] Les usines se stimulent, se prêtent assistance les unes aux autres (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 196).
P. anal. [Avec compl. prép. désignant l'instrument de l'action] L'on continue, stimulant les chevaux de la voix et du fouet (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 164).
Empl. pronom. réciproque. Il les lança dans un galop allongé où les chevaux prirent d'eux-mêmes un plaisir magnifique. On les voyait se stimuler les uns les autres, se frapper du collier, et de temps en temps, en pleine vitesse, se faire de petites caresses du bout du museau (GIONO, Angelo, 1958, p. 62).
) [Le suj. désigne une chose] Les deux louis de pourboire stimulaient si bien le cocher de Bastien, que son fouet donnait en réalité des ailes à son cheval (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 309). Les difficultés [le] stimulent plutôt qu'elles ne l'arrêtent (GREEN, Journal, 1935, p. 27).
Souvent à la forme passive. (Être) stimulé par un résultat, par un succès, par le besoin. Stimulés par la nécessité, nos alliés poussèrent la construction de leurs voies ferrées autour de la mer Blanche (JOFFRE, Mém., t. 2, 1931, p. 177). Le joueur de rugby, le coureur à pied, le lanceur sont stimulés par la ligne à franchir, le coude à coude, le heurt avec l'adversaire (Jeux et sports, 1967, p. 1285).
[Avec compl. prép. précisant le but de l'action] Cette découverte stimula les astronomes et les physiciens dans leur recherche (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 540).
b) Stimuler qqn à. Amener, inciter, pousser à. Stimuler qqn à + subst. Stimuler qqn à l'effort. Nous sentons (...) que sa peur de l'enfer la stimule au bien, l'entraîne au mal (COLETTE, Jumelle, 1938, p. 132). Stimuler qqn à + inf. Une soif de pillage et un instinct de conquête (...) les stimulaient à passer le grand fleuve pour aller (...) prendre leur part de butin (THIERRY, Récits mérov, t. 2, 1840, p. 25).
2. Stimuler qqc. Donner une impulsion à; rendre plus actif; développer; intensifier.
a) [Le compl. d'obj. désigne une disposition d'esprit, un sentiment, une aptitude] Synon. enflammer, galvaniser. Stimuler l'ambition, l'amour-propre, la résolution; stimuler la charité, la compassion, la générosité; stimuler la confiance; stimuler le patriotisme, l'esprit de revanche; stimuler la curiosité, l'ingéniosité, l'intelligence, l'esprit de création; stimuler la verve de qqn; stimuler l'intérêt de qqn pour qqc. V. excitation ex. 4.
♦ [Le suj. désigne une pers.] De l'hôpital, j'avais couru à la prévôté stimuler le zèle des gendarmes. Je voulais mes six bandits, et rapidement! (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 111). V. activer ex. 17.
♦ [Le suj. désigne une chose] Quand Constance entendit rouler le fiacre dans lequel son oncle Pillerault emmenait César, son courage l'abandonna. Souvent nos forces sont stimulées par la nécessité de soutenir un être plus faible que nous (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 351). Le sport (...) stimule l'esprit d'association, la loyauté dans les combats, l'inflexible résistance à la douleur, le self-control et l'honneur anglais (MORAND, Londres, 1933, p. 295).
— [Avec un compl. d'obj. au plur.] Stimuler les imaginations. Pouvait-on laisser se développer, sans frein, des campagnes qui, sous le louable prétexte de stimuler les énergies et de vaincre les résistances de l'arrière, tendaient à faire croire aux soldats qu'on ne faisait rien pour développer notre puissance matérielle? (JOFFRE, Mém., t. 2, 1931, p. 383). Nuit et jour l'héroïque vieillard inspectait le rempart en stimulant les courages (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 118).
b) [Le compl. d'obj. désigne une activité ou l'une de ses manifestations] Stimuler la conversation. Le sentiment des résistances corporelles contrarie ou stimule notre action (BLONDEL, Action, 1893, p. 160).
En partic., dans le domaine écon. Stimuler l'agriculture, l'industrie; stimuler la croissance économique, le développement, l'expansion, l'innovation, l'investissement, la production, la recherche; stimuler l'épargne, l'initiative privée; stimuler les exportations. La guerre a surtout stimulé les dépenses improductives et accumulé les destructions d'êtres humains (...) et de biens matériels (LESOURD, GÉRARD, Hist. écon., 1966, p. 418).
Empl. pronom. réciproque. L'esprit a tendance à associer à l'industrialisation la naissance de villes géantes et l'exode rural. Sans se recouvrir ces phénomènes se stimulent réciproquement (Univers écon. et soc., 1960, p. 61-5).
REM. Stimulé, -ée, part. passé en empl. adj. a) [P. oppos. à spontané] Synon. de provoqué (v. ce mot rem. 2 s.v. provoquer). L'émission de rayonnement par une molécule excitée (...) [peut] se produire indépendamment du rayonnement qui la baigne (émission spontanée) et aussi proportionnellement à la densité d'énergie de ce rayonnement (émission provoquée ou stimulée) (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 237). b) Synon. de excité (v. ce mot II B 1 spéc.). Un jour que le père Bordieu s'était montré particulièrement sale lubrique et stimulé je fis ma valise (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 214).
Prononc. et Orth.:[stimyle], (il) stimule [stimyl]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. 1355 « exciter quelqu'un, l'inciter à faire quelque chose » (BERSUIRE, Tite-Live, ms. Ste-Gen., f° 48b ds GDF. Compl.); 2. 1568 « exciter les fonctions organiques » (PARÉ, Œuvres, XXIV, 32, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 3, p. 425); 3. 1788 « exciter l'esprit, les facultés de quelqu'un » (FÉR. Crit.). Empr. au lat. stimulare « piquer de l'aiguillon, aiguillonner, stimuler, tourmenter », dér. de stimulus « aiguillon » (stimulus). Fréq. abs. littér.:356. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 283, b) 388; XXe s.: a) 558, b) 726. Bbg. GOHIN 1903, p. 262, 319.

stimuler [stimyle] v. tr.
ÉTYM. V. 1355; lat. stimulare, de stimulus « aiguillon ».
1 Augmenter l'énergie, l'ardeur, l'activité de (qqn); inciter, inviter, pousser (qqn) à faire qqch.(Sujet et compl. n. de personne). || Stimuler les hésitants et refréner (cit. 1) les violents. Aiguillonner, encourager, éperonner, exciter.(Sujet n. de chose). || Une gratification les stimulera. || Me sentir admiré stimulait toutes mes facultés (→ Décision, cit. 9). Animer, enflammer, éveiller, fouetter.(Compl. n. de chose). || Stimuler les efforts de qqn (→ Pécule, cit. 2), le zèle des employés (→ Guelte, cit. 1). || Stimuler l'imagination.
1 — (…) Quoi ! faire des cadeaux à un homme dont nous sommes parfaitement contents, et qui nous sert bien ? ce serait dans le cas où il se négligerait qu'il faudrait stimuler son zèle.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, VII.
2 Les espérances que son père et sa mère, alors retirés du commerce, asseyaient sur sa tête, stimulèrent son amour-propre sans lui donner d'orgueil.
Balzac, Mme de la Chanterie, Pl., t. VII, p. 235.
2 (V. 1560). Le sujet est fréquemment un n. de chose; le compl. désigne une personne ou une fonction, un organe. Augmenter l'activité de (une fonction organique). Accélérer, activer. || Le grand air stimule l'appétit. Aiguiser (fig. → Mâcher, cit. 4). || Stimuler un animal, qqn.Stimuler le rythme cardiaque Stimulateur.Absolt. || Narcotique (cit. 1) qui stimule et exalte. Doper, réconforter, remonter (→ Donner un coup de fouet).
——————
stimulé, ée p. p. adj.
|| Moins stimulé que gêné (cit. 19) par la présence des autres.
(Au sens 2) :
3 Je marchais rapidement, pénétré et comme stimulé par ce bain de lumière, par ces odeurs de végétations naissantes, par ce vif courant de puberté printanière dont l'atmosphère était imprégnée.
E. Fromentin, Dominique, V.
CONTR. Amortir, apaiser, gêner, lasser. — Calmer, endormir, étourdir.
DÉR. Stimulateur, stimuline.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • stimuler — Stimuler, Stimulare …   Thresor de la langue françoyse

  • STIMULER — v. a. Aiguillonner, exciter. Il a de bonnes intentions, mais il faut le stimuler. Stimuler un enfant. Il suffit de son intérêt pour le stimuler.   Il s emploie quelquefois en termes de Médecine, et signifie, Exciter, animer. Ce remède est propre… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • STIMULER — v. tr. Aiguillonner, exciter. Il est d’un naturel apathique, il faut le stimuler. Stimuler un enfant. En termes de Médecine, il signifie Exciter, animer. Ce médicament est propre à stimuler les fonctions digestives, le système nerveux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • stimuler — (sti mu lé) v. a. 1°   Aiguillonner, exciter. Il a de bonnes intentions, mais il faut le stimuler. 2°   Terme de médecine. Exciter, animer. Il ne faut stimuler l estomac qu avec précaution. •   Dans l un et l autre sexe, la puberté stimule… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Stimuler — Stimulus En psychologie, un stimulus (au pluriel, stimuli) est un agent matériel susceptible de provoquer un changement de comportement chez le sujet observé (humain ou non). Dans le domaine de la psychologie expérimentale et de la biologie, un… …   Wikipédia en Français

  • stimuler — vt. stimulâ (Albanais, Villards Thônes) ; => Aiguillonner, Appétit …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • stimulation — [ stimylasjɔ̃ ] n. f. • déb. XVe ; lat. stimulatio 1 ♦ Action de stimuler. La stimulation des élèves par la compétitivité. Stimulation de la mémoire, de la créativité. 2 ♦ (1825) Méd. Action des stimulants. ⇒ excitation (cf. Coup de fouet). La… …   Encyclopédie Universelle

  • stimulant — stimulant, ante [ stimylɑ̃, ɑ̃t ] adj. et n. m. • 1752; de stimuler 1 ♦ Qui accroît l activité physique ou psychique. ⇒ vivifiant. Médicament stimulant. ⇒ analeptique, dopant, excitant, fortifiant, remontant, 1. tonique. Substances stimulantes de …   Encyclopédie Universelle

  • aiguillonner — [ egɥijɔne ] v. tr. <conjug. : 1> • XII e aguillonner; de aiguillon 1 ♦ Piquer, exciter (un bœuf) avec l aiguillon. 2 ♦ Fig. Animer, stimuler. « Le désir physique, cette belle fatalité qui aiguillonne le monde » (Michelet). ⊗ CONTR. Calmer …   Encyclopédie Universelle

  • exciter — [ ɛksite ] v. tr. <conjug. : 1> • esciter XIIe; lat. excitare « mettre en mouvement », de ex et ciere 1 ♦ Faire naître, provoquer (une réaction physique, ou psychologique). ⇒ animer, appeler, 1. causer, éveiller, provoquer, susciter (cf.… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.